Page précédente

étoiles
Dès lors, les pages de mon cahier se remplissent de réflexion sur le parcours, sur le budget, sur la faisabilité d'un tel périple.
   

Le 9 novembre 2002... quelques années après la chute du Mur de Berlin, je détruis les murs que je me suis construits en moi « Hier j'ai vu sur Internet que les « tours du monde » en vélo sont nombreux.


Il y a ceux qui partent 14 ans et ceux qui accumulent les voyages de quelques semaines. Il y a ceux qui pédalent sans but, ceux qui ont un axe précis. Il y a ceux qui partent seuls et ceux qui partent à deux. Il y a ceux qui font tous les continents et ceux qui font un bout d'un seul. Il y a ceux qui ont un gros budget avec des nuits 4 étoiles et ceux qui sont sans le sou avec toutes les étoiles de la galaxie. Sûrement qu'il y a aussi ceux qui renoncent, ceux qui tombent malade, ceux qui doivent tout interrompre pour des raisons personnelles, ceux qui terminent déçus, dépités, ceux qui n'en reviennent pas.... Et il y a moi qui cherche ma voie au milieu de tout cela »

Il y a toutes ces nuits à calculer des itinéraires... Je ne sais pas me contenter d'un quotidien, je suis comme ça. J'adore mon boulot, mes mômes. Mes amis sont souvent là ; mais j'ai tant besoin d'autres choses. Qu'est ce que je cherche ? Je ne sais pas. Je cherche loin ce que d'aucun trouve ici. Chacun sa Route mais ce qui est sûr c'est que JJ Goldman a raison quand il chante « il n'y a que les routes qui sont belles, peu importe où elles nous mènent ».

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ