Page précédente

(v)acuité

Et , malgré l'attente incessante de la réponse hiérarchique, il m'a fallu aborder les démarches, première rencontre Défi Jeunes mi décembre avec Mme Frabioni de Jeunesse et Sports Grenoble.


Le 18 décembre 2003 :

« J'ai listé un travail de titan pour les vacances de Noël (...). J'aimerais (et il le faut d'ailleurs !) vraiment lancer toutes les démarches à la rentrée de janvier. Peur que les partenaires refusent mon projet, dans le doute de sa concrétisation. »

 

   

Lundi 22 décembre « je crois qu'à part les Brossard, personne n'y croit à mon projet. Même plus moi par moment. Je le voulais avant tout fédérateur ici, je m'aperçois que je n'ai personne à mes côtés ; la notion d'amitié est parfois vide. Et cette phrase de celui qui fut mon homme : « - si tu pars un an je ne serai pas là à ton retour ; si tu reviens et qu'il ne t'arrive rien - ç a ne m'arrêtera, lui ai-je répondu au-delà de la douleur - je sais ».


Fin de dialogue. Y a-t-il autre chose à écrire ? Les routes prennent parfois des directions différentes. Parfois pour mieux se retrouver ; parfois pour en croiser d'autres.


Tous ces gens dont j'ai besoin, pour parler, pour échanger, pour soulager mes angoisses, pour partager la Beauté du projet, pour y croire ensemble. »

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ