Page précédente

des marches.

Et le début des démarches en janvier ; démarches interrompues en février, dans la peur et le doute d'un refus de l'inspection. De janvier à mai je n'ai pas écrit. Il y a eu la classe de mer ; la force du vécu avec mes mômes. Il y a eu la Corse en vélo et les rencontres si fortes, si présentes encore aujourd'hui (...).

En mars j'ai fait, selon la procédure une demande officielle à l'inspection pour : un mi-temps annualisé. Bosser de septembre à janvier et réaliser le projet la suite de l'année  scolaire. En effet syndicats et rectorat m'avaient expliqué que je n'aurai pas d'année sabbatique, trop débutante, pas assez de points. Ma seule chance de réaliser, ne serait-ce qu'en partie mon projet, était cette demande de mi-temps.Ca serait plus court mais il y aurait le demi salaire. Bref : demande faite.

 

Prendre un risque. Oser sa Vie. Vivre pour soi, au sein des autres.
Je ne sais pas.

 

   

Je me revois poster le courrier à la Poste de Vienne, un mercredi soir. J'ai appelé David pour lui dire que le projet commençait là, maintenant, au moment où mes doigts ont glissé cette enveloppe dans la boîte jaune. Je savais que la commission aurait lieu le 4 mai ; un mardi. Je ne savais pas ensuite quand et sous quelle forme me parviendrait la réponse.

La vie continuait ; une attention plus particulière à ma boîte aux lettres, à ma messagerie mails, à mon répondeur...

Le 10 mai 2004 « Enfin le courage de reprendre ce cahier. Cahier de vie, de projet depuis un an et demi. Je regarde une émission débile à la télé sur les couples pour en fuir une autre sur le désert. Vraiment débile ; je suis si loin de ce monde, de ces valeurs. Perdue. Je suis perdue. Je fonctionne aux projets. Je n'en ai plus. Je ne sais pas où me mèneront les années à venir.

Mardi 4 mai 2004 avait lieu la commission qui devait m'octroyer la concrétisation de mon rêve. Jeudi 6 mai à 9h30 j'ai appris que ma demande « n'avait pas été acceptée ». Depuis je ne sais plus où je vais.
Démissionner ? Partir quelques années à travers le monde, ses peuples, ses habitants, ses paysages ? Trouver ma Route personnelle au fil de celles du monde ? Prendre un risque. Oser sa Vie. Vivre pour soi, au sein des autres. Je ne sais pas. »

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ