Page précédente

Vacances

Je reviens donc à ce mois de juillet...

J'ai rencontré plusieurs partenaires, découvrant ainsi le monde de l'entreprise, des finances et des intérêts. Ne faut il pas comprendre le monde capitaliste pour mieux le dépasser et aller vers une alter mondialisation ? Mais je ne me cache pas que j'en profite aussi ; tout en me mettant un minimum de limites !

Et puis fin juillet, il y a eu la première rencontre avec Le Vélo (qui n'a pas encore de nom mais ca ne serait tarder). Un VTT " trek " adapté Tour du Monde par Pichon de la Motte Servolex. Des roues, rayons, jantes, chaîne, dérailleur... renforcés ; des dimensions internationales pour trouver des pièces (mais de toute façon il ne doit pas casser) dans n'importe quel pays.... Bref tout très solide pour tenir les kilomètres et les routes rarement bitumées.

   

Quant à l'entraînement... sujet qui revient souvent dans vos questions... tout d'abord l'entraînement viendra au fur et à mesure ! Je ne fais pas cela à titre d'un quelconque exploit sportif. Les jours où je serai fatiguée ou éreintée, je resterai sur place ou prendrai le bus ! C'est vraiment le cadet de mes soucis ! Le vélo me semble accessible à tous. En juillet j'ai fait pas mal de montagne (rando, via ferrata, glaciers...) mais plus pour le plaisir que suite à une réflexion sportive ! Quant au vélo, comme c'est mon mode de déplacement usuel, j'en fais quotidiennement aussi bien toute l'année pour aller au boulot que pendant les vacances pour faire les courses, voir les amis et autres. Les 20 km par jour sont assurés (essayez, je vous assure que c'est facile physiquement, que ca ne peut que faire du bien à votre santé et à notre planète !).

Et puis je m'étais réservée la première quinzaine août pour étrenner le vélo, devenir complice ensemble, sur les routes de notre pays.

Je crois avoir fait le tour du mois de juillet... merci aux amis qui ont été là, encore et toujours ; écouter (faute de pouvoir parfois comprendre) mes doutes, mes idées, mes joies.

Le vélo acquis, le mois août démarrant, me voilà en partance pour 15 jours de vacances, couper avec ce projet qui m'a tant empêché de dormir en juillet ; les appréhensions peuplant un sommeil inexistant. Il est temps de faire le point sur moi, loin de ces peurs ne pas avoir choisi la bonne route, d'avoir fui la vie facile pour l'inconnu, d'avoir décidé de quitter ceux que j'aime pour des risques pas tous maîtrisables...

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ