Page précédente

Insomnies
21h lundi 6 septembre.

Ruiyam est empaqueté dans un grand carton ; les 4 sacoches sont remplies. Les deux arrières pèsent chacune 8 kg ; je prendrai les 2 avants en bagage à main (j'ai mis dedans la sacoche de guidon et celle de selle).
Je sens que surveiller tout cela tout en remontant le vélo (qui a ses roues,
ses pédales, son guidon, son porte-bagages-avant de démonté) et répondant aux sollicitations (que je devine nombreuses) des Sénégalais ne va pas être simple.
La journée s'est déroulée au fil des coups de fil ; merci à tous ceux qui
ont appelé (en direct ou par répondeur interposé) ; pardon de ne pas avoir
toujours été disponible.
   
  PLus de photos d la gallerie...  

Mon drapeau rouge à la main...

 

Je sens que la nuit va être longue ; le sommeil n'est pas au rendez-vous, la
place étant prise par l'excitation et le stress. La douleur de laisser ceux
que j'aime et cet élan qui me pousse vers ce nouveau Chemin.

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ