Page  précédente

page 4/10

Qingdao, le 18 Juillet 2005,

 

Retrouver internet après quelques jours de vélo...

Nous avons quitté Pékin jeudi...
Dur de sortir de cette ville si circulante...

La campagne est vite arrivée mais... une campagne faite de champs de maïs et de peupliers (très dépaysant... on a l'impression de se balader autour de Pontcharra depuis 400km).
Bon heureusement les gens parlent chinois, on ne se comprend pas mais on rigole bien !

Et puis quand même : nous avons vu à plusieurs reprises la Grande Muraille (et demain nous la verrons une ultime fois, là où elle se jette dans la mer)... majestueuse et impressionnante !
Elle n'est rénovée que sur certaines parcelles, touristiques ; mais est grandiose en tout point !

On est à Shanhaiguan ou un truc comme ca, a cote de la mer, vers Qingdao...

On se sert de 2 cartes : une en chinois et une en anglais pour prononcer les noms... et les gens font tout pour nous aider ! (et même s'ils ne savent pas, ils nous disent OUI, comme ça tout le monde est content...)

Nos nuits furent dans des champs... de maïs (je rappelle qu'il n'y a que ça...), sous la tente...
On se cache car c'est interdit de camper en Chine... pourtant tous les gens qui nous voient semblent nous sourire (mais que signifie un sourire en Chine ?)...
Les moustiques nous accompagnent...

   

Les villes sont impressionnantes : une rue longiligne sur plusieurs kilomètres (35 pour celle où nous sommes aujourd'hui...), des maisons toutes en briques rouges, et énormément d'usines d'extraction de pierres...
Il y a quelques villages avec des petites épiceries où nous achetons à manger ou des petits restaurants où nous mangeons un bol de riz...
Mais la plupart des villes comptent leur habitants en centaines de milliers ou millions (9 millions pour la bourgade de cette nuit).

Les gens se retournent constamment sur notre passage, éberlués de voir 2 occidentales sur des vélos... Ils en rient autant que nous !

Côté faune et flore... des vaches, des chèvres, des araignées, des cochons... des peupliers, des chataigniers, des noyers, du maïs, des haricots...

Côté météo : une forte humidité (le ciel est constamment gris brouillard) très chaude et des nuits assez fraiche. Peu de pluies...

Quant à nos velos... aucune casse ni crevaison... mais celui de Cécile ne freine pas et le mien ne change pas de vitesse (pas évident car les routes sont montées et descentes !).
Mais les portes bagages supportent très bien les sacs à dos !
Et nous marchons en les tirant dès qu'il le faut !
Des pensées pour Ruyam dont je mesure à chaque instant toute l'envergure !

Nous prenons après-demain (Mercredi) le bus pour le Nord où nous longerons la frontière nord-coréenne.

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ