Page  précédente

Villelaure, le 29 janvier 2008,

 

A dix jours du départ, les préparatifs ont commencé !

Le lonely planet est potassé.

Les vélos sont révisés.

Les sacs se remplissent (pas trop pour ne pas peser trop lourd !)

Les lectures sur Cuba s'enchaînent.

« La Douleur du Dollar » de Valdès m'a beaucoup marquée. Dans un style particulier, l'auteure, cubaine exilée à Paris, décrit la dégénérescence de son pays depuis la prise de pouvoir de Fidel Castro en 1959. Certes elle souligne l'accès à la santé et à l'instruction gratuit pour tous les Cubains. Mais elle insiste avant tout dans son roman sur le manque de moyen, sur l'embargo américain, sur les tickets de rationnement, sur l'absence de liberté de la presse.

   

J'ai hâte de découvrir ce pays de mes yeux, de mes coups de pédales. Essayer de rencontrer et discuter avec les gens, les enseignants et leurs élèves pour me forger mon opinion sur ce pays à part.

Deux monnaies cohabitent sur ces terres dites socialistes : le peso cubain et le peso convertible. L'un comme monnaie locale, l'autre pour les touristes. Le dollar est strictement interdit sur l'île depuis 2004.

 

Fidel a laissé les rennes du pouvoir à son frère Raoul depuis quelques mois, il n'en reste pas moins à la tête du pays. Que va devenir le pays dans les mois à venir, quand ce dirigeant depuis 60 ans cassera sa pipe, son cigare ?

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ