Page  précédente

Villelaure, le 11 mars 2008,

Plus haut, le long de l’Atlantique, nous avons pédalé à la rencontre des Cayos, ces îles de coraux, de mangrove et de sable blanc. Nous avons évité les cayos interdits aux Cubains, seulement accessibles aux touristes avides de soleil. Le Cayo Sabinal est conservé comme réserve écologique (pour combien de temps ?). Notre passeport est prélevé à l’entrée gardée ; nous sommes les 8 et 9èmes personnes depuis plus d’un an à le parcourir. Les flamants roses, les caïmans et autres reptiles l’habitent.

Rouler entre eau, terre et ciel, seuls, reste indescriptible.

   

Le Cayo Santa Maria est beaucoup plus touristique, nous l’évitons tout en empruntant sa route. Je tenais absolument à faire ces 45 km de route sur la mer… 45 km de goudron avec de par et d’autre l’Atlantique.

  vers les Carnets de voyages  

 

Sensation étrange de nager en vélo… 5 heures pour l’aller, à lutter contre le vent ; 1h30 pour revenir, pousser par notre ennemi du matin.

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ