Page  précédente

page 6/23

L'école (2/2)

Arboshiki, le 15 juin 2008,

Nino n'a que deux classes, ce qui explique son salaire de 60 laris (30€ par mois), alors que les autres profs gagnent 200 laris (100€).

  vers les Carnets de voyages  

Les 3ème année apprennent le français ; ils savent lire notre langue, se présenter, les couleurs et les nombres. Les 4éme année savent en plus les conjugaisons au présent et découvrent la France au niveau culturel (géographie, monuments, climats…).

Je joue avec eux à des jeux du type loto pour leur faire réviser les nombres et les couleurs et cette d'année scolaire. Je leur apprends quelques chansons pour enfants très simple avec beaucoup de gestes pour qu'ils en comprennent un maximum le sens.

Lorsque je ne leur fais pas cours, je suis les 3ème année dans leur classe. Madame Nelly, leur instit, me laisse une place au fond de la classe et j'apprends avec eux. Je suis épatée par leur niveau de maths ; ils maîtrisent les équations, les multiplications et les divisions d'un niveau de 5ème chez nous !

 
   

Après l'école, de 15h à 18h, je travaille avec 6 élèves volontaires de l'école qui monte un spectacle de théâtre avec Nino. Ils n'étudient pas le français ; seulement le département de l'Yonne a organisé un concours de théâtre à travers la Géorgie et la classe gagnante partira 10 jours à Paris. Mon groupe est vraiment motivé.

Je mesure mal leur chance de gagner… mais je sais qu'en choisissant l'Avare de Molière ils n'ont pas fait dans le plus simple !

Ils ont appris par cœur phonétiquement leur texte et ils répètent dans une salle de l'école. Ils ne comprennent rien à ce qu'ils disent (bien que Nino leur ait résumé l'histoire).

Nino parle peu le français et toutes les ironies de la pièce ne sont pas comprises.

Je travaille avec eux sur la prononciation et surtout sur l'intonation des phrases.

La mise en scène est difficile à mettre en place…

Il nous reste trois semaines avant le jour du concours… sacré défi !

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ