Page  précédente

page 8/23

Village / Ville

Arboshiki, le 21 juin 2008,

La première fois que j'ai quitté le village, je suis tombée des nues. Je me suis rendu compte que j'avais généralisé ma vision de la Géorgie, alors qu'elle se cantonnait au village.

Je pensais que partout en Géorgie, il était interdit de flirter avant le mariage, les femmes devaient porter la jupe, les gens en deuil devaient jusqu'à la fin de leur vie s'habiller en noir, personne n'avait d'argent mais chacun se débrouillait pour se nourrir avec son potager et sa vache…

La croyance est très présente en Géorgie. Personne ne comprend lorsque je dis que je ne vais pas à l'église. D'ailleurs un de leurs trois objectifs me concernant est de ma baptiser et de me rendre chrétienne… Les deux autres étant de ma faire prendre 10kg et de me marier avec quelqu'un du village. Sur ce plan, ils n'arrivent pas à comprendre que je vis avec Christophe. Ils ignorent totalement dans leurs questions sur ma vie cet homme qui est le mien, sans mariage. Les interrogations ne portent que sur mes parents et mon frère (âge, lieu d'habitation, nombre de poulets et vaches détenus, contenances de leur potager…).

 
   

En bus ou voiture, dès nous passons devant une église (ce qui est très très fréquent vu leur omniprésence…), le chauffeur et les passagers font le signe de croix…

  vers les Carnets de voyages  
  vers les Carnets de voyages  

 

Ce qui est à mes yeux plus dangereux qu'autre chose…

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ