Page précédente

page 10/ 11
Pontcharra, le 18 décembre, 11h

Je prends quelques minutes pour écrire, entre stress, excitation et la préparation de deux sacoches...
Une semaine s'est écoulée depuis mon retour en France...
Une semaine c'est si long et si court à la fois.
C'est long quand on a hâte de repartir, comme c'était le cas lors de mes premiers jours. Hâte de repartir d'où l'on vient (Afrique) parce qu'on a laissé sur place des gens bien et un moment de vie très fort... donc la page est dure à tourner. Hâte de repartir ailleurs (Amérique du Sud) parce qu'on ne trouve plus sa place dans cette société de consommation, d'étalage de bien...
Mais c'est si court quand on retrouve les siens, quand on retrouve ses marques, son pays qu'on aime tant.

Autant j'avais hâte de repartir, autant aujourd'hui c'est dur.

J'ai fait le plein d'amour, d'amitié... je mesure combien je suis bien entourée.
Comment ne pas être touchée de toutes ces lettres reçues, de tous ces coups
de fil, de toutes ces visites. Je pars le coeur bondé, les sacoches pleines de vos mots, de deux petits cadeaux (à n'ouvrir que le 25 !).
Et puis de réaliser combien je suis suivie au quotidien... j'ai vu que certains avaient acheté une carte d'Afrique pour suivre régulièrement mes avancées, j'ai vu mes cartes postales affichées sur des murs, j'ai vu des gens qui se sont tant renseignés sur l'Afrique de l'Ouest.... Oui je pars le coeur empli de tout cela.

Le stress m'a envahie depuis deux jours... la peur de ne pas maîtriser l'espagnol, la peur des grands espaces, la peur de l'inconnu. L'excitation aussi ; l'envie de vivre quelque chose d'aussi fort qu'en Afrique.

   
Plusieurs d'entre vous me demande où je serai à Noël... Noël est une date qui ne compte pas vraiment pour moi. J'aurai le bonheur d'ouvrir les cadeaux
de Cécile et Ophélie. Mais je ne sais pas si je serai dans une famille ou seule dans la Cordillère des Andes ou... Je vous raconterai en temps voulu.

Mon itinéraire est très vague. J'atterris mardi à 12h à Santiago (16h françaises) et j'ai rendez-vous avec Christophe le 18 janvier à Ushuaia. Voilà les données. Donc décembre-janvier vont être consacrés à descendre en terre de Feu (une bonne partie en bus). Ensuite avec Christophe nous remonterons par la Pantagonie argentine. La suite, on avisera. Christophe est un grand ami de Nico. Nico, c'est mon ami d'enfance ; quand il a eu vent de mon projet, il nous a mis en contact car Christophe préparait aussi un tour du monde (à la rencontre des instruments de musique traditionnels). Christophe commence son tour du monde par Ushuaia pour donner ses premiers coups de pédales en ma compagnie. Je découvrirai donc pendant quelques temps la joie de pédaler à deux.

Pour continuer sur le « pédaler à deux »... je vous avais dit que j'aviserai dans l'année pour savoir si j'irai en Asie ou non. En réalité, j'avais depuis quelques temps dit à Cécile, ma meilleure amie : « je vais en Asie si tu m'accompagnes »... Elle s'est donné le temps de la réflexion et un magnifique soir ou nous faisions cuire des pâtes à Ouaga, le téléphone a sonné pour moi : « je viens en Asie avec toi ». Bonheur suprême. Nous hésitons pour le moment entre la Mongolie et les pays en « stan » : Kazakhstan, Kirghikistan etc (à l'orthographe près...). Ca sera pour juillet et août.

Mais d'ici là... l'Amérique du Sud m'attend... je m'envole, vous êtes avec moi...

Pour info pratique : les sacoches ont été plus dures à faire et sont bien plus remplies : prévoir pour les 40° du désert comme les -15° des cols et du sud... Entre sandales et chaussures de montagne entre short et anorak... je suis très chargée !

Rendez-vous à Santiago...
Je compte toujours sur vos mails qui me portent...
Je suis toujours à la recherche de contacts : Chili, Argentine, Bolivie...
Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ