Page précédente

Sine Saloun

Mes papiers (visas) étant réglés, en l'attente du train (qui ne circule que le samedi), j'avais quelques jours. En profiter pour quitter la capitale sénégalaise, sa circulation, sa pollution pour aller pédaler dans le sud. La stupeur et l'incompréhension de mes hôtes quand ils comprennent que je pars en vélo.

130 km à faire, pas de répit car la nuit tombe à 18h30.

Les 50 premiers km sont horribles, dans une circulation indescriptible, le moindre faux pas peut être fatal. Les immenses camions me frôlent (avec la peur que leur cargaison me tombe dessus), il faut slalomer entre les piétons, les mini bus, les charrettes, les vaches et les chèvres. Plusieurs cadavres d'animaux en tout genre jalonnent la route, vraiment c'est horrible, immonde.

Et puis sortie de toute cette ambiance bidonville, la délivrance, la liberté, la beauté, le bonheur !

Des paysages verts de la saison des pluies, des arbres immenses, respirer l'air pur et marin le long de l'océan. Pédaler seule au milieu des oiseaux aussi magnifiques de couleur et taille variées.

Là j'ai aperçu mes premiers criquets. Un essaim isolé. Des mastodondes jaunes de 10 cm de long, 1.5 cm de diamètre détruisant tout sur leur passage. Impressionnant, dévastateur... Impressionnant. Les dégâts sont catastrophiques, une nouvelle famine s'annoncent dans ces pays déjà accablés.
  vers les Carnets de voyages  
Baobab à Siné Saloum

Je maîtrise maintenant les salutations en wolof (langue principale du Sénégal), ce qui facilite les contacts.

   

" - Salam Aleykoum

  • Maleykoum Salam
  • Nangadef ?
  • Mandiferek
  • Ca va ?
  • Ca va bien
  • La famille ca va ?
  • Ca va. "

Et ainsi de suite pendant 5 minutes.

  vers les Carnets de voyages  

Fillettes à Fadiouth

Le Sine Saloum est une région de mangroves à la frontière de la Gambie. Les gens y vivent des travaux des champs et de la pêche. Région calme, apaisante où les voitures sont rares.

Un havre de paix après la torpeur de la capitale et ses environs.

Un accueil digne de la plus belle terenga (=hospitalité en wolof) africaine.

Arrivée chez Mme Toure à Joal Fadiouth. Au bord de la mer, beaucoup de mangroves et d'iles. Fadiouth est une ile reliée par un pont, ile tout en coquillage. Les gens vivent de la pèche. Accueil merveilleux. Quiétude d'un coin sans voiture. Tranquilité des gens de la brousse. Eau et électricité très rare.

Par contre, je dois rentrer sur Dakar en voiture, les fortes pluie de la nuit ont rendu les pistes impraticables en vélo. Je crains à chaque secousse pour Ruyam attaché sur le toit. nous arriverons intact.

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ