Page précédente

Train du souvenir

23/09/04
Salut,

J'ai rencontré à Bamako Perrine, qui bosse depuis une semaine au Centre Culturel Francais. Ce matin je l'ai accompagnée, pour y décharger mes photos et vous en envoyer quelques unes... pour le moment, c'est très lent mais ça a l'air de marcher. J ai l'impression que vous n'avez pas recu mes mails de vendredi de Dakar, notamment un long speech sur Gorée...

Me voila donc depuis mardi apres-midi (après 80 heures de train...) à Bamako.
Dureté de la ville, bien plus pauvre que Dakar.
Peu de routes goudronnées, Toujours cette pollution...

Accueil chez Delphine, qui est au Mali avec son copain depuis un mois et qui bosse dans une crêche. Le luxe des expatriés... ca fait du bien après 4 jours sans douche, sans trop manger... mais ca me gène quelque part...

Je pars dans quelques jours (le temps de régler des histoires de visas) pour Dembella en vélo. J'y retrouverai Thibaut, un ami français qui y est en mission.
Dembella c'est le village de brousse où j'avais été installer une bibliothèque en 2002 ; village faisant de la coopération décentralisée avec Pontcharra.

   

Le voyage en train...
Effectivement comme dit le guide c'est une expérience inoubliable...
Des paysages magnifique, telle que l'onimagnie l af (ptes cases), très vert, plusieurs collines notamment au Mali. Apercu beaucoup de criquets..
Rencontres supers sympas de mutilples cultures.


Tout problème de santé a disparu.

Et ces 2 improbables rencontre :

- ce Népalais qui m'est apparu tel un Petit Prince alors que je m'arretais pour boire, le long d'une 4 voies hyper polluée et dangereuse de Dakar. Il voyage seul, sillonnant le monde et ses hommes avec des messages de paix sur son vélo. Magnifique. Il a ce regard de quelqu'un de beau, d'harmonieux ; il dégage cette confiance et cette force des hommes grands.
J'ai tant aimé ces 15 kms partagés, ces 2 heures à parler avec les gestes, avec les yeux quand notre anglais faisait frontière.

- ce belge dans une gare... il avait pris le même train Dakar -> Bamako que moi, mais celui de la semaine d'avant (un seul train par semaine). Seulement le waggon qui transportait son vélo (comme moi) a déraillé... il a donc dû attendre une semaine (le train suivant) pour le récupéré, attendant lui en rade dans une gare. Il récupérai son vélo quand je l'ai rencontré, vélo tout cassé. Il avait les nerfs. Egoistement j'ai été soulagée que ça ne soit pas moi...

Dur de tout raconter, il se passe tant de choses, tant d'événements inimaginables. De plus en plus je pense en faire un bouquin, mes cahiers se remplissent, il faut des dizain
es de pages pour raconter le cocasse de certaines situations...
Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ