Page précédente

Ecoles

Point décevant du projet pour le moment. A moins qu'il ne me faille apprendre un autre point de vue, une approche différente de celle qui est dans mes normes.

A Dakar j'ai assisté à une matinée en école coranique (j'avais rencontré la veille l'enseignant par hasard). Ecole fonctionnant pendant les vacances " pour occuper les enfants plutôt qu'ils ne traînent ". Durant l'année, elle concerne principalement les enfants de 5-6ans, avant d'être scolarisés à l'école publique (à partir de 7 ans). Les 60 enfants étaient entassés dans 15m2. Ils répétaient par cour ce que l'enseignant énonçait (à savoir des versets du coran). A mon avis, ils ne comprenaient rien. on peut y voir un exercice de mémorisation. Garçons et filles étaient mélangés, peu de fillettes portaient le voile (et encore, c'était juste un bout de chiffon sur la tête).

J'ai vraiment aimé au Sénégal, cette communion du catholicisme et de l'islam, ce respect et cette connaissance mutuelle des religions. Les fêtes des deux religions sont fêtées et fériées. Lorsque après une tempête en 1998 la cathédrale de Fadiout fut détruite, musulmans et catholiques de l'île la reconstruirent.

Je logeais chez Colette ; nous étions trois dans la chambre : je me levais avec mes étirements, Colette se levait en faisant le signe de croix et Aby, sa cousine, se levait après avoir fait sa prière musulmane.

Au Mali je sens un islam bien plus radical qui a tendance à m'inquiéter.

A Joal, j ai assisté a un cours de vacances. Pour 15ff, les enfants s'inscrivent pour tout le mois de septembre (la rentrée est le 5 octobre) à des cours de révisions. Très semblable à la France : une trentaine d'enfants qui revoient le programme de l'année. Néanmoins : très directif et peu participatif.

   

Au Mali la rentrée a eu lieu lundi 27, jour où je pédalais vers Dembella. J'ai vu les écoliers avec leur cartable. Certains à pieds, d'autres en vélo. Certains font jusqu'à 10 km à pieds pour rejoindre leur école. Mais surtout j'ai vu beaucoup d'enfants dans la brousse, dans les champs toute la journée. Le taux de scolarisation au Mali est de 30%.

  vers les Carnets de voyages  
une classe à Sikasso

Un instit m'a expliqué que comme la " période champêtre " (= travaux dans les champs) durait jusqu'à fin octobre, peu d'enfants allaient en classe lors de ce mois.

Ici à Dembella, la rentrée n'a pas encore eu lieu (alors que je comptais vraiment me poser quelques jours à l'école.) : pour des raisons politiques (ils ont soutenu lors des municipales un autre parti que celui du ministre de l'éducation.) les instits ont été mutés et il n'y a personne pour les remplacer. En 6ème, 220 enfants sont inscrits, il y a une petite salle et pas d'enseignants. Personne ne sait quand démarrera l'école. mais je n'ai pas l'impression que cela pose le moindre problème.

Aux dernières nouvelles (c'est difficile à suivre ici), lundi 4 octobre je suis invitée à assister à la rentrée du 2 nd cycle (collège) à Dembella. suite dans un prochain mail !

Sinon j'ai acheté un livre de sciences de CM. très intéressant de voir les leçons sur l'entretien d'une maison (les balais à avoir, comment nettoyer le sol en terre battue.), sur les maladies (comment éviter les maladies mortelles que sont la rougeole ( !!!), le paludisme, le sida.).

Les enseignants sont payés environ 500ff en début de carrière et 1 000 ff en fin. Les vacances correspondent globalement aux nôtres. La moyenne d'enfants par classe est d'une bonne soixantaine, mixte.

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ