Page précédente

Nourriture

Lorsque je suis accueillie dans une famille, nous mangeons selon la culture de cette famille.

Je mange beaucoup de riz, la variante à chaque repas étant la sauce (aux feuilles de baobabs, à la tomate, à l'arachide.). Parfois il y a de la viande (principalement du poulet) ou du poisson (séché) avec, mais c'est un luxe.

La spécialité sénégalaise est le tieboudiene : un plat excellent de riz, légumes (patate douce, pomme de terre, igname, chou.) et viande (ou poisson).

Il y a aussi souvent du mil aux repas, là j ai plus de mal. Quant au lait caillé en dessert, si je peux éviter c'est super !

Souvent nous mangeons assis par terre, dans le même plat, avec la main droite. Nous faisons des boules avec la main et nous avalons. Les hommes et les femmes mangent rarement ensemble.

Au Sénégal, c'était la saison des mangues, des papayes, des pastèques etc. un vrai régal. Au Mali, c'est seulement la saison des oranges (qui sont vertes ici.), des bananes.

   

Les gens mangent rarement des crudités ; ils cuisent tout.

Lorsque je suis seule sur la route avec Ruyam, je m'arrête et me fais cuire des pâtes. Mais toutes les heures environ je mange une banane, des cacahuètes ou des mangues séchées en pédalant et je bois un litre d'eau par heure (bien compter 6 litres par jour ; je me ravitaille dans les villages, en ajoutant du micropurs). Je bois aussi énormément de soda (honte à moi. mais quiconque a déjà visité ces pays connaît l'importance de coca.), seule boisson fraîche trouvable partout.

Il y a aussi les célèbres trois thés. Excellents.

A chaque invitation, il est impoli de refuser le repas offert. ainsi je me retrouve parfois à faire de nombreux repas dans la même journée. je peux vous assurer que j'ai pris du poids !

  vers les Carnets de voyages  
Moi en train de jongler avec des pastèques sauvages...

 

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ