Page précédente

 
Prouvé!

27 octobre 2004

Au niveau vélo… hormis là en ville, tous les jours, je passe près d’une heure à le nettoyer (la piste le couvre de poussière) : pour protéger la chaîne et tous les engrenages de la terre rougeâtre d’ici. Je suis vraiment contente de sa résistance ! Je vous assure qu’il lui faut être costaud sur certaines pistes !

Et quelle ne fut pas la surprise de Ruiyam, entrant fatigué dans les rues de Ouagadougou, il y a quelques jours, de voir quelqu’un dans une voiture lui faire un grand signe et s’arrêter brusquement pour venir à sa rencontre ! De la voiture est sorti…. Olivier Pichon, celui qui m’a monté Ruiyam ! Mon marchand de vélo de Chambéry !!!!!!!! Il était là ; rencontre insolite au Burkina.

   

Ruiyam ça l’a étonné, moi non… ici j’apprends à ne plus être étonnée par tout ce qui se passe ; tant de choses, rencontres, actes sont surréalistes…

On a passé quelques minutes à discuter…

J’étais fière qu’il me voit ainsi à l’autre bout du monde en train de pédaler… parce que comme beaucoup il était sceptique sur mon projet et sa possible concrétisation !

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ