Page précédente

 
Rouler

27 octobre 2004

Ouagadougou est, après Pékin, la 2 ème ville du monde au niveau des deux roues. Le Burkina est en général le pays africain du vélo. Beaucoup de gens l’utilisent comme moyen de déplacement. J’espère avoir l’occasion de voir le Tour du Faso (Tour de France local) qui se déroule en ce moment.

   

Circuler dans Ouagadougou est un réel plaisir par rapport à Bamako. Evidemment ça reste une ville, avec sa pollution, ses accidents. Mais les vélos ont leur place, leurs pistes cyclables. Les feux et les priorités sont parfaitement respectés. Je me suis d’ailleurs fait immédiatement arrêtée par un flic (il y en a grand nombre à chaque intersection) à mon premier feu grillé. Il voulait me prendre mon vélo pour l’amener à la fourrière et que je paye une amende. C’était évidemment hors de question que je lui laisse Ruiyam où que je participe d’une quelconque façon à la corruption ou aux pots de vin locaux. Alors on a palabré pendant 45 minutes et je suis repartie en pédalant. Les flics (je dirais même les africains en général) cherchent des thunes et la discussion ; préférant même la discussion… il suffit de le savoir et de prendre le temps…

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ