Page  précédente

page 18/31

Le 4 Mars 2005,

 

  vers les Carnets de voyages  

Il est des endroits sur le globe qu'on ne peut imaginer avant d'y être.

Tortel en fait partie à mes yeux.

Tortel est un petit village (100 maisons, 500 habitants) au milieu de nulle part.

Nulle part, ce sont les fjords, les glaciers, les lacs, les forêts, les montagnes.

Après de nombreux km en vélo dans un semblant de jungle car un micro climat local rend tout humide (il pleut constamment…), on arrive à une sorte de place (en boue… je vous rappelle qu'il pleut constamment).

C'est là qu'il faut laisser le vélo.

Parce que tout le village est à flanc de colline et sur l'eau (qui se trouve être le Pacifique, engouffré entre tous les îlots de ce sud chilien).

Les maisons sont toutes sur pilotis

  vers les Carnets de voyages  

Et on y accède par des balustrades en bois. Les rues sont les balustrades en bois… bien sur glissantes (il pleut !!!).

Evidemment, pas de voitures (pas de bruit, pas de pollution)… que des bâteaux et des piétons.

   

Village de pêcheurs et d'exploitants du bois.

 

  vers les Carnets de voyages  

On y accède par un chemin ou l'océan... donc personne n'y vient.
Et pourtant... et pourtant j'y ai rencontré une française, Camille.

A Tortel j'ai été invitée chez Enrique...
Enrique travaille sur le parking de boue... il n'a pas grand chose à faire vu que personne ne vient...
C'est lui qui dit qu'il faut laisser le vélo là... mais j'aurais pû le deviner toute seule...
C'est son job d'été pour payer ses études pour devenir guide en Patagonie...

Guide à Tortel dans quelques années ?

Je me demande ce qu'il adviendra de ce paisible village dans les années à venir… quand le chemin sera remplacé par une route… quand cette région sera désenclavée et ouverte au tourisme...

La maison d'Enrique est toute neuve, un joli bois, comme un chalet... Toute neuve parce qu'il y a un an, elle a brulé.
Une braise mal éteinte dans la cheminée et c'est la maison qui s'embrase. Heureusement vide à ce moment là.
Mais la panique envahit vite le village fait exclusivement de bois. Le feu se propage aux balustrades, les maisons voisines commencent à être atteintes. Alors tous les habitants font une longue chaine et... avec leurs casseroles de cuisine puisent l'eau de l'océan pour la déverser sur les flammes... Avec l'aide de la pluie (mais pas du vent...), l'incendie est maitrisé avant que le village ne soit détruit...

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ