Page  précédente

El calafate, le 10 Février 2005

Enfin "tomber" est un terme inadéquat puisque justement c'est arrivé un des rares jours où je ne suis pas tombée...

Un jour ensoleillé, un jour à vent faible, un jour où le compteur ne descendait pas sous les 20km/h, un jour sans pampa... bref toutes les conditions du bonheur étaient réunies !!!

Nous avions 80 km à parcourir ce jour là.

Après le pique-nique de midi dans un semblant de forêt, il nous restait
30 km de piste.
Christophe a décidé de se poser au milieu de ces arbres pour jouer de la flûte ; moi j'ai senti l'appel en moi : il fallait que j'aille à Sa rencontre, tout de suite !
J'ai donc laissé mon compagnon de route à ses airs irlandais et j'ai pédalé ardemment vers Lui. Il est des ressentis comme cela, inexplicables mais profonds. Je devais Le rencontrer.

Et je L'ai aimé tout de suite, au premier regard. Dès que je L'ai apercu, au delà d'un virage...

Le coup de foudre sous un ciel sans nuages. J'ai pédalé encore plus vite (faut dire que j'avais laissé mes sacoches avant donc je n'avais pas l'appréhension constante d'une nouvelle chute du porte bagage avant).

   

 

  vers les Carnets de voyages  

Et nous nous sommes trouvés face à face...

Oh il y avait bien d'autres personnes autour, venues par groupes en cars. Mais brusquement il n'y avait que nous deux. Il était 15h30. Je ne L'ai quitté qu'à 23h, pour fuir ses gardes et monter ma tente non loin de Lui... mais à 5h nous nous sommes retrouvés. A ces heures tardive et matinale, nous étions réellement seuls ; les gens de l'après midi s'étaient lassés ou avaient été pressés par leur séjour organisé et ceux du lendemain n'étaient pas encore arrivés. J'ai ainsi passé des heures à Le contempler, à L'écouter... Il a craqué devant moi.

Il a rempli mon regard de beauté, d'amour... j'aurais voulu partager ce moment avec tous ceux que j'aime (et les autres aussi d'ailleurs).

A 13h hier il m'a fallu le quitter, partir, reprendre la route... ainsi en va de ma vie cette année. Il sait qu'il restera dans mon coeur même si Lui est resté de glace devant moi

 

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ