Page  précédente

Quatre jours dans le salar d'Uyuni et le sud Lipez bolivien avec ma tante. Je me demandais comment j'allais pouvoir vous le restituer.

Paysages magnifiques riches en couleurs et diversité, des décors inimaginables de chez nous. J'aimerais être poète ou peintre pour vous les raconter... Mais je vais laisser parler les photos.

Je vais simplement vous raconter l'histoire d'un petit village de cette région du sud ouest Bolivien. L'histoire de San Cristobal enfin plutôt de San Cristobal Nuevo.

Imaginez un petit village (environ 1000 habitants et même précisément 204 casas), niché entre deux montagnes.

Village tranquille depuis des centaines d'années.

Village quechua (indien) gardant ses traditions Incas : maisons en terre orientées d'une certaine façon par rapport au soleil.

Il y a bien eu la visite des espagnols il y a 600 ans ; ils ont laissé une église en pierres.

Le quotidien suit la tradition, entre les lamas et les champs à cultiver, l'eau à puiser. Le mot électricité n'existe pas, les banos sont dans la nature, les plantes médicinales soignent de nombreux maux...

Un village paisible des Andes comme il y en a tant ici...
Un village comme ses voisins.

Nous sommes en 1999.

   

Le gouvernement bolivien découvre que les deux montagnes au creux desquelles est niché le village, sont des minerais d'or et d'argent...
Mais la Bolivie n'a pas les moyens techniques et financiers d'exploiter ces richesses naturelles. Elle lance un appel d'offre internationale.

Une entreprise nord américaine répond.

Acquisition faite, ces mines appartiennent à cette entreprise.
Contre quand même quelques impôts à verser à la Bolivie annuellement.

Les états-uniens demandent aux habitants de ce village de migrer, prétextant des risques de contamination... (il est prouvé que ces risques n'existent pas mais par contre qu'il y a d'autres minerais sous le village).
Les villageois s'opposent. Les états-uniens proposent de leur construire un nouveau village a une dizaine de km de là. Les villageois, à force de pressions, acceptent mais ne veulent pas quitter leur église et leur cimetière...

Rien n'arrêtent les états-uniens...

L'église est déplacée pierre par pierre, quant au cimetière, quelques ossements seront mis dans le nouveau.

Page suivante
 
 
    Carnet de France, Avant le départ